Nous voulons plus de nouvelles pistes cyclables durables dans toutes les villes de France !

Savez-vous que 48 000 personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air en France ? Pendant le confinement, les taux de CO2 et de dioxyde d'azote ont baissé de près de 30 % en ville. Simplement parce qu'il y avait moins de voitures. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne.

Des centaines de pistes cyclables temporaires, les « coronapistes », sont apparues à Lille, Paris, Montpellier, Reims... démontrant notre capacité à modifier rapidement nos modes de mobilité. C’est l'alternative idéale pour éviter la promiscuité des transports en commun et la pollution des voitures.

Mais dans les semaines qui viennent, ces pistes cyclables risquent de disparaître. Nous devons absolument demander à nos villes de les rendre permanentes !

Votre ville n'apparaît pas dans la liste ci-dessous ? Cliquez sur le bouton ci-dessous pour créer votre pétition !

Trouvez votre campagne locale

Votre région

3 072
sur 4 000 signatures
à travers 138 campagnes locales

Campagnes (138)

  • Lyon
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Lyon
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Lyon !
    391 de 400 Signatures
  • Marseille
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Marseille
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Marseille !
    307 de 400 Signatures
  • Paris
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Paris
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Paris !
    225 de 300 Signatures
  • Dijon
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Dijon
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Dijon !
    207 de 300 Signatures
    Créée par Bérangère De la Salle
  • Toulouse
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Toulouse
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Toulouse !
    156 de 200 Signatures
  • Saint-Étienne
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Saint-Étienne
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Saint-Étienne !
    133 de 200 Signatures
  • Quimper
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Quimper
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Quimper !
    117 de 200 Signatures
  • Valenciennes
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Valenciennes
    -> Valenciennes est la 4e ville la plus polluée de France. -> Des décennies de politiques basées sur le tout voiture ont fait des ravages sur les choix de mobilités de l'arrondissement. -> Faute de réseau cyclable sécurisé, 75% des déplacements dans l'agglomération se font par défaut en voiture individuelle. -> Dans le Valenciennois, 5 personnes sur 10 tuées dans un accident de la route sont piétonnes ou cyclistes. -> La part des déplacements piétons, à vélo et en transports en commun est en chute libre. -> Le baromètre des villes cyclables a décerné une très mauvaise note à Valenciennes : 2,55 sur 10 avec un avis défavorable concernant la cyclabilité de la ville. Les villes du Valenciennois étouffent. La congestion permanente détruit le cadre de vie et la qualité de vie des habitants. Cela se ressent particulièrement dans les villes proches de Valenciennes qui servent de déversoir pour des dizaines de milliers de véhicules au quotidien sur des routes qui n'ont jamais été prévues pour un tel usage. Depuis plus de 20 ans, des experts ont averti nos élus locaux que la situation était intenable et qu'à force de laisser s’accroître la part de la voiture dans les déplacements, nous arriverions à l'engorgement. Nous y sommes : c'est à nous de réagir. Beaucoup de voix sur le plan national et local s'élèvent pour proposer la solution vélo. Hélas, à Valenciennes comme dans beaucoup de villes, ces voix ne semblent pas résonner chez les élus. Selon eux, la place accordée à la voiture ne laisse que peu de place pour créer de véritables pistes cyclables sécurisées, condition pourtant sine qua non à l'adoption des mobilités douces. Les rares bandes cyclables qui existent servent de parking aux véhicules toujours plus nombreux. Il en va de même pour les trottoirs, forçant les piétons à marcher sur la route. Les quelques pistes cyclables sécurisées par-ci par-là ont été mal réalisées : les associations de cyclistes dénoncent le manque de sens et de clarté, l'absence de réseau et de continuités. Autant d'erreurs qui auraient pu être évitées si les municipalités avaient élaboré les pistes cyclables en concertation avec les usagers. Cette situation n'a que trop duré. Elle n'est pas tenable et met chaque jour des dizaines de milliers de personnes en danger, comme le montre l'accroissement de la mortalité et de l'insécurité routière dans l'agglomération. Par ailleurs, les incivilités routières, toujours plus nombreuses, découragent au moins proportionnellement à l'absence de pistes sécurisées les nombreux habitants désireux de laisser leur voiture au garage. Contrairement à ce que semblent penser nos élus, la cohabitation entre les modes doux et les modes motorisés est impossible à moins de tolérer un taux de mortalité élevée chez les cyclistes et les piétons. Nous ne le tolérons pas. Nous demandons au président de Valenciennes Métropole et aux élus de profiter de leur nouveau mandat pour créer une vraie politique cyclable ambitieuse en concertation avec les usagers à l'échelle de l’agglomération. Il est urgent de rééquilibrer les modes de transport à Valenciennes. Le vélo est une solution d'avenir aux problématiques sociales et écologiques de la mobilité. C'est aussi un vecteur de dynamisme pour le commerce et le tourisme de notre arrondissement. Des années de politique tout-voiture ont fini d'accentuer la fuite des populations en dehors des villes et des consommateurs vers les centres commerciaux. Seule une politique cyclable et piétonne ambitieuse pourra sauver le commerce local et de centre-ville. Monsieur le Président, chers élus : le laissez pas la situation se ternir davantage. Mettez fin à un pourrissement qui n'a que trop duré. Chaque année perdue, c'est autant de vies sacrifiées sur l'autel de la voiture individuelle. Pour nos enfants, pour les générations futures, pour le commerce de nos villes, pour nos aînés, pour chacun de nous : dites OUI au vélo !
    111 de 200 Signatures
    Créée par Les usagers de la bicyclette Valenciennois
  • Nantes
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Nantes
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Nantes !
    104 de 200 Signatures
  • Bordeaux
    Nous voulons plus de pistes cyclables durables à Bordeaux
    Nous avons une fenêtre de tir. La course pour les élections vient d’être relancée par le gouvernement : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. C’est une opportunité unique pour demander des engagements forts auprès des candidat·es aux mairies. Il ne nous reste que quelques semaines pour agir. Ces élections arrivent au moment même où la population comprend l’enjeu qu’il y a à développer d’autres formes de mobilités. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs passées, de changer maintenant de direction, de pousser les candidat·es à pérenniser ces pistes temporaires en pistes durables dans le temps. En ville, 4 trajets en voiture sur 10 font moins de 3 km et 8 voitures sur 10 ne transportent qu’une seule personne. À Paris seulement, les voitures représentent 94% des accidents graves et 1,3 millions de tonnes de CO2 par an. Pourtant, 88% des Français veulent interdire de fragiliser l’accès à un air de qualité, selon un sondage ViaVoice pour Libération. Nous sommes nombreuses et nombreux à affirmer haut et fort que le monde d’après, c’est un monde sans voitures. Le vélo est l’alternative idéale pour réduire la pollution des voitures et la promiscuité des transports en commun et la crise sanitaire prouve que nous pouvons développer concrètement les mobilités douces partout en France. Nous devons faire entendre notre voix pour développer de nouvelles pistes cyclables durables à Bordeaux !
    93 de 100 Signatures